Je lui parle de vie privée, de facebook et ses pratiques plus que douteuses. Il me répond que pour lui, facebook n'est pas un sujet, car, en l'occurrence, personne n'est obligé de rien. Je ne sais pas répondre à des trucs comme ça. Sans doute parce que je ne sais pas par où commencer, et que ça me semble toujours étrange, les gens qui ne tiennent pas du tout à un minimum de privacité. Un des arguments qu'il m'a avancé est "Je suis convaincu, qu'on ne peut rien nous voler. Rien de ce qui est important, en tout cas."

Au cours d'une autre conversation, il m'a sorti "Je ne suis pas un idéaliste, moi". Sous-entendu, que j'en était une. Il n'a pas tort. La question qui se pose est, quand, idéologiquement, je le sens à des kilomètres de moi, qu'est-ce que notre relation va donner à long terme. Pour s'aimer, on s'aime, on s'aime beaucoup. Mais parfois, on n'est simplement pas sur la même planète.