Quand la vie s'applatit comme un vinyle moisi
Tu l'empiles sur les autres 33 tours de la tour
Quand les sillons se lissent, que les émotions glissent
Sur ton âme comme sur l'acier - froid - d'une lame
Ce n'est même plus la peine de couler une larme.


Tu es vieille et tout s'affadit.
Tu vibres encore, tu souffres encore,
Ton désir est loin d'être indolore.
Mais qui
Touche encore ton corps ?


Plus aucun crêpitement en tournant le diamant
Dans la spirale n'ébranle que la poussière.
Tu n'es pas si ridée pourtant
Pas si déformée -encore.
Or, l'envie s'évapore.


Il y a les jours avec, il y a des jours en sang
Y a les matins rapides et les soirs en passant
La chaleur de l'ivresse, les caresses lentement
Datent d'une autre vie remontent à d'autres amants.
Tout ça, c'était avant.

Tu as aimé trop vite
Tu as aimé trop fort
Maintenant, tout est mort.